Personne ne renonce au Doge, pas même l’aéroport international Simon Bolivar situé au Venezuela. Bien que la cryptomonnaie ait peiné à redresser ses cours, elle reste l’une des plus attractives du marché et ce, du fait du montant de sa capitalisation. En effet, avec le Dash et le Bitcoin – entre autres cryptomonnaies – le Dogecoin a su se rendre incontournable.

Le Venezuela : une destination d’autant plus attractive grâce aux modalités de paiement de son aéroport international

Acheter un billet d’avion ou même quoi que ce soit d’autre dans le plus grand aéroport du Venezuela peut maintenant s’effectuer à l’aider d’un virement en cryptomonnaies. Bien qu’il ne s’agisse que d’un seul aéroport sur le territoire concerné par cette mesure pour le moment, il s’agit surtout du plus influent.

Lire aussi : Rebondissement : Analyse du Doge

Du fait de son attractivité, cet aéroport accueille de nombreux visiteurs venus de Russie et d’Europe, ceux-ci étant pour la plupart très investis dans les cryptomonnaies. Il ne fait aucun doute que, du fait de la popularité attendue par cette mesure, nombreux seront les autres aéroports au Venezuela à adopter la même mesure d’ici peu.

Cela, sans compter le fait que, si cette initiative fait florès, d’autres aéroports dans le monde pourraient bien emboîter le pas au Venezuela. Les cryptomonnaies font souvent cet effet dès lors où un seul prestataire décide de l’adopter comme moyen de paiement ; à compter de cet instant, la concurrence ne tarde pas à suivre le mouvement.

Pourquoi cette initiative de l’aéroport international du Venezuela ?

Si un aéroport d’une telle envergure, qui plus est tenu par l’État, s’est investi dans l’aventure crypto, cela tient avant tout au fait que le Venezuela s’est depuis longtemps investi dans les cryptomonnaies. Et pour cause, du fait d’une guerre monétaire menée par les États-Unis contre le bolivar, l’inflation dans le pays atteint des sommets inimaginables.

Pour contrer cette inflation, le gouvernement Maduro au Venezuela a décidé de se tourner vers un actif monétaire plus stable et contre lequel les États-Unis ne pourront rien en cherchant à en trafiquer les cours. C’est donc tout naturellement que ceux-ci se seront tournés vers les cryptomonnaies.

On estime en effet que le Venezuela est le troisième pays où les cryptomonnaies sont les plus utilisées dans l’économie réelle. On compte pas moins de 20 000 commerces acceptant le paiement en BTC, dont certaines filiales de multinationales telles que par exemple Pizza Hut.

Même le Doge est prometteur aux yeux de l’aéroport international du Venezuela

Si, pour l’instant, l’aéroport international du Venezuela s’en tient à quelques cryptomonnaies à peine comme moyen de paiement, son administration a néanmoins communiqué sur le fait qu’elle en accepterait davantage à l’avenir. Le Dogecoin aura alors été considéré comme l’une des cryptomonnaies les plus attractives qui soient, bientôt suivie d’autres cryptomonnaies moins réputées mais comptant elles aussi bon nombre d’utilisateurs.

Il n’est pas exclu qu’à l’avenir, suite à l’aéroport, d’autres structures commerciales tenues par l’État au Venezuela se tournent elles aussi vers les cryptomonnaies. Il n’y aurait d’ailleurs rien d’étonnant, au regard de l’évolution erratique des cours du bolivar, à ce que le Venezuela suive l’exemple du Salvador en adoptant le Bitcoin comme monnaie nationale.